"Il met fièrement en avant un grand-père docker et même un arrière-grand-père qui aurait été «l’un des premiers communistes du Havre»" Libération

On peut lire cela sur Libé; le récit médiatique de ce monsieur, maintenant Premier ministre, commence.  "Voyez les manants et les sans-dents, les ouvriers et les petits entrepreneurs, j'ai du sang communiste dans les veines. N'ayez pas peur !!"

Il y a de quoi être passablement énervé, c'est la mode, tout le monde a un grand-père et/ou une grand-mère dans la Résistance (à ce rythme, on ne comprends pas que le régime de Vichy ait pu tenir si longtemps). Nombreux s'inventent un récit  pour se donner une valeur morale et peut-être aussi pour cacher qu'au final il n'y a pas beaucoup de héros, en tout cas pas de ceux qui iront manifester pour défendre des acquis ou qui laisseront leur place à un autre dans le train.

Maintenant, la mode vire sur "j'avais un grand-père communiste".  Est-ce une marque d'un certain respect à ce que sont et furent les communistes ?

Ou bien est-ce seulement un estampillage, type label "qualité ISO9000", "Bio", "label rouge", "pur terroir", "Cochon de chez nous" pour enfumer le client?

Eh bien, cher Premier ministre, allons plus loin, je pense que cet arrière-grand-père serait très fier de voir sa descendance profiter de l'ascenseur social. Vous avez pu aller à l'école au lieu de trimer sur les quais, et vous n'avez pas eu à souffrir d'absence de structures publiques vous permettant de vous épanouir et progresser en bonne santé.

Mais en aparté nous imaginerions bien que lui,  l'arrière-grand-père, vous mette une belle rouste pour détourner ce qu'il fut, une correction pour vous rappeler que les valeurs (capitalistes) que vous défendez n'apportent que la guerre, et enfin qu'il vous en collerait une dernière (pour la feuille de route) par anticipation sur le mal (finalisation de la destruction des acquis du Front populaire et du CNR) que vous allez commettre à l'encontre du peuple.

 

Ça commence bien… on attend la suite.