Sortie de la messe du 21 au soir….

Nous ne ferons pas de compte-rendu de cette soirée. Une honte simplement. Ceux qui ont pu faire le déplacement comprendront aisément qu’il est difficile de retranscrire le sentiment de colère et de frustration qu’on pu ressentir les Bouraysiens et les Larziacois.

Assis en rang d’oignons, les deux maires, Madame Bougraud et Monsieur Cabot, et leurs adjoints, épaulés par un universitaire arrogant et condescendant, n’ont pas su répondre à la simple demande des habitants : du temps et une consultation.

Même le choix du nom de notre commune nous aura été enlevé.

 Comme exprimé ici : « Madame Bougraud a pété une durite », elle est victime de l’ « hubris » (législature UDI, reprise en main de la CCEJR, élue départementale etc..). Elle s’arroge le droit de piétiner ses électeurs et remodèle son programme électoral à sa guise, utilisant sans retenue ses réseaux UDI (AMF, Calia..). Nous ne sommes plus au 19eme siècle où la moitié de la population était naïve et non instruite. Le retour de bâton se fera sentir dans les urnes.

Quand à vous, Monsieur Cabot, il n’y a pas grand monde pour comprendre votre suivisme.

L’argument financier fut dénoncé et enterré, reste le projet de territoire, lui-même reconnu comme inexistant par Madame la Maire de Janville.

Le principal obstacle à la réussite de ce projet, c’est de n’y avoir en rien associé les habitants. L’idée a été lancée à la veille du transfert de Lardy vers la CCEJR, éventée dans les colonnes du "Le Parisien" et par les indiscrétions de certains élus au printemps 2016. La population n’a été informée officiellement que courant septembre, plusieurs  élus qui doivent se prononcer le 2 décembre n’ont toujours pas reçu l’intégralité des documents (vous en trouverez certains sur notre blog (*)).

Sans le soutien de personne, le collectif Front de Gauche a alerté les habitants et les élus afin qu’ils se saisissent de ce sujet et questionnent les élus. Notre pétition (en ligne et sur papier) a dépassé les 200 signatures. Certes ce n'est pas assez pour demander officiellement un référendum sur la commune de Lardy. Nous saluons les élus de Bouray Autrement pour avoir pu aller au bout de la démarche démocratique, sans succès face à l’aveuglement (surdité ?) de Mr Cabot.

Un autre enseignement est que le fossé qui sépare le Bourg de Lardy et ses deux autres quartiers (Cochet et Le Pâté) se creuse. Les habitants de Bouray ont vite compris que cette fusion se fera au détriment de leur commune. Comme les autres quartiers de Lardy, ils deviendront des satellites du bourg de Lardy (en 2020, perte de leur mairie annexe, fermeture de leur poste, transfert du CCAS, participation au renflouement de la compensation demandée par Coeur d’Essonne etc…). On a le sentiment que ce projet a monté les habitants les uns contre les autres au lieu de les fédérer.

Le constat est sévère ; quelle que soit l’issue des votes du 2 décembre, ce sera un immense gâchis. Pour la démocratie et pour un projet qui aurait pu être fédérateur.

Corollaire à cet événement, le collectif Front de Gauche s’est engagée à soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon, pour au moins deux points qui aurait permis d’éviter ce scénario désastreux :

* La révocabilité des élus

* La mise en place du référendum d’initiative citoyenne

 

(*) Nous remercions encore les élus de Bouray et de Janville pour nous avoir communiqué ces documents.

Discussion de sourd