Sans eau, la vie n’existerait pas sur Terre. D’une valeur inestimable, l’eau est devenue aujourd’hui un bien extrêmement précieux à préserver pour les générations présentes et futures, notamment dans un contexte de réchauffement climatique global.

Le modèle marchand de l’accès à l’eau potable s’est diffusé au niveau mondial, laissant souvent de côté les populations les plus pauvres. Mais que cache notre facture d’eau ? Jean-Luc Touly présentera les méthodes des grandes compagnies de l’eau pour transformer les usagers en « vaches à lait » et influencer les élus. Témoignages à l’appui, il montrera comment, grâce à la connivence avec des hommes politiques et des syndicalistes, à des comptes opaques, à des financements occultes et à des sociétés aux apparences trompeuses, ces firmes s’emparent de marchés et les conservent dans des conditions économiques douteuses. Les pratiques abusives des multinationales de l’eau sont lourdes de conséquences pour les usagers et représentent un réel danger pour la démocratie.

Bien privé ou bien commun ? L’eau n’est assurément pas un bien comme les autres ni une marchandise, elle est un bien commun non seulement pour l’Humanité mais aussi pour le Vivant.