Les faits :

Les syndicats de salariés CGT et FO, ainsi que les organisations Unef et UNL, appellent les travailleurs, les étudiants et les lycéens à une journée de grève interprofessionnelle (générale) et nationale le mardi 9 octobre 2018.
Mise à jour : les organisations syndicales Solidaires (SUD) et FSU se joignent au mouvement. Ce ne sera pas le cas de la CFDT.

Ils dénoncent la politique sociale du gouvernement.

Les retraités sont aussi invités à se mobiliser le même jour.

Le 9 octobre, journée de grève et de manifestations dans tous les secteurs

Retraites, assurance-chômage, Parcoursup, austérité... Plusieurs organisations syndicales, de retraités et des mouvements étudiants et lycéens appellent à une journée de mobilisation le 9 octobre. Voici la carte des initiatives prévues.

Le 9 octobre, les organisations syndicales CGT, FO et Solidaires, les organisation d’étudiants et de lycéens, Unef et UNL, appellent à une journée d’action nationale, de grève et de manifestation contre la politique anti-sociale du gouvernement. « Au moment où est annoncée une fois encore l’explosion des dividendes en France et dans le monde, la CGT appelle le gouvernement à enfin mener une politique de partage des richesses pour augmenter les salaires, les pensions et les minima sociaux », écrit la CGT dans son appel à manifester.

À Paris, le rendez-vous pour la manifestation unitaire est fixé à 14h gare Montparnasse. Des manifestations sont aussi prévues dans de nombreuses villes.

La carte nationale des mobilisations du mardi 9 octobre.

 

 

Tous les secteurs sont concernés par l’appel à mobilisation : services publics, éducation, énergie, santé… Tous comme les étudiants, les lycéens et les retraités. Réforme à venir sur les retraites, avec un système à points défavorable pour de nombreux travailleurs ; réforme future de l’assurance-chômage, avec le contrôle accru des demandeurs d’emploi, considérés comme les uniques responsables de leur sort ; réforme de Parcoursup, qui exclut les élèves d’origine modestes de l’accès à l’enseignement supérieur ; réforme de la SNCF qui prépare la privatisation du rail... les raisons de manifester ne manquent pas pour les mouvements sociaux.

« La réforme de l’assurance chômage s’annonce comme une volonté de fliquer et de culpabiliser les personnes sans emplois, légitimant une baisse des droits », souligne ainsi le syndicat Solidaire dans son appel à mobilisation. Les organisations de retraités demandent aussi de véritables moyens humains et financiers pour les maisons de retraites, ainsi qu’une augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux. Les retraités prévoient une nouvelle journée de mobilisation le 18 octobre.