"L'idéologie se dévoile lorsque l'ordre inégalitaire paraît solidement établie, ces utilisateurs ne pensent plus être contraint à la ruse"

C'est le moment que nous vivons; c'est le moment Macron!

Aujourd'hui, l'ordre inégalitaire se montre dans toute son arrogance, dans toute son indécence et il entre à l'Élysée, il se sent pleinement à l'aise, il pense qu'il n'a plus de problème, que le même jour on peut décider de l' "exit taxe", de baisser l'impôt sur les sociétés et en même temps, c'est leurs "en même temps"... baisser les allocations logement, relever la CSG pour les retraités... on peut faire tout ça... on peut montrer l'injustice, l'ordre inégalitaire peut apparaître sans masque, sans déguisement, alors que d'habitude on doit travailler, nous, à le dévoiler et là, il se dévoile tout seul... c'est le moment qu'on vit!

Alors, il y a une conclusion pessimiste, c'est de dire bien voilà, ils se sentent tellement forts en effet, tellement bien installé qu'ils pensent être là comme le "Reich" tu sais... c'est le "Reich" libéral là... il pense être là pour mille ans, mille années de domination, Macron et ses camarades traders... c'est la version pessimiste. La version optimiste, c'est que quand on a tant d'arrogance que ça, quand on a tant de certitude de soi que ça, ça peut être un colosse (au pieds d'argile)... je pense que ce dévoilement, il travail quelque part chez les gens parce qu'il y a un désir d'égalité, au cœur de notre triptyque républicain : Liberté, Égalité, Fraternité... si on a pas l'égalité au milieu, le reste s'écroule. Et je crois qu'il y a ça qui est au cœur des gens... là, c'est tellement balayer, bafoué... on le répète tellement qu' au fond c'est par l'inégalité que se créer la richesse... que ça se fait. Mais je pense qu'il y a une soupape, ça peut péter d'un seul coup et le désir égalitaire peut revenir au premier plan. En tout cas, c'est le pari, pascalien, que nous devons jamais cesser de faire !

UNE QUESTION DE VAISSELLE - Ruffin

 

Ma question s’adresse au ministre de la faïencerie.

Mercredi dernier, le pays apprenait la nouvelle : pour leur palais, Brigitte et Emmanuel Macron vont acheter – je cite – « 900 assiettes de présentation et 300 assiettes à pain, correspondant » – je cite toujours – « à l’idée du changement porté par la Présidence ».

Je m’en félicite.

Même si j’ignore, pour ma part, à quoi ressemblent des « assiettes de présentation » et des « assiettes à pain ».
Ce ne sont pas, à coup sûr, de vulgaires écuelles : il en coûterait, en effet, plus de 500 000 €.
Des démagogues s’en sont émus.
De mon côté, je le dis tout net : ça n’est rien, un demi-million.
Peu importe le prix, pourvu que nos majestés de l’Elysée dînent en toute dignité.

Le même jour, ce mercredi toujours, le chef de l’Etat pestait : « On y met un pognon de dingue ».
Il ne songeait pas à sa vaisselle.
Ni aux 93 milliards de bénéfices du Cac 40.
Ni aux 47 milliards de dividendes versés aux actionnaires.
Il évoquait les aides aux mères célibataires.
Aux chômeurs multi-licenciés.
Aux accidentés de l’emploi.
C’est ainsi. Les pauvres coûtent trop cher.
Leurs prestations sont un gouffre pour la Nation.

A nous d’aider le président dans sa pédagogie.
Pour que les Français comprennent ce principe Macronéconomique : quand on donne aux pauvres, c’est du gâchis. Quand on donne aux riches, c’est de l’in-ve-sti-sse-ment.

De ce côté, depuis un an, vous avez énormément investi.
Votre gouvernement a supprimé l’Impôt sur la Fortune, a diminué la taxe sur les dividendes, et en finira bientôt avec l’exit tax.

Mais c’est pour le bien de la France.
Et je suis confiant : le peuple est bon.
Le peuple est généreux.
Après la hausse de la CSG, après la baisse des allocations logement, après la suppression des contrats aidés. Le peuple est encore prêt à quelques sacrifices.

Alors, ma question : quelles nouvelles mesures comptez-vous prendre pour que tous nos amis fortunés puissent changer leur faïencerie ?

 

 

 

 

 

 

 

Reference: Vidéo de François Ruffin : https://francoisruffin.fr/vaisselle/