15/02/2018 

C’était la bonne surprise de toutes matinales radio, au JT de 13 heures et dans tous les quotidiens, ce jeudi 15 février : selon les chiffres de l’Insee, le taux de chômage est revenu à son niveau de 2009 ! En chutant de 0,7 point au quatrième trimestre 2017 en France métropolitaine, pour s’établir à 8,6 % de la population active. Sur un an, l’indicateur enregistre une baisse de 1,1 point, soit sa plus forte baisse depuis le premier trimestre 2008. Particulièrement marquée pour les jeunes, cette baisse touche toutes les catégories d’âge et concerne également les chômeurs de longue durée. Une excellente nouvelle, à première vue.chômage

Pourtant, sans être au chômage proprement dit, beaucoup de personnes sont en mal d’emploi : celles qui ne cherchent plus, découragées par le fait de n’avoir rien trouvé d’acceptable ou encore les travailleurs âgés dont les entreprises se sont débarrassées avant l’âge de la retraite… Ces personnes qui souhaitent travailler mais ne sont pas comptabilisées comme chômeuses, constituent le « halo du chômage ».

Et si le taux de chômage a connu une belle chute au quatrième trimestre, dans le même temps le halo du chômage — qui avait diminué de 65 000 personnes au troisième trimestre — a augmenté de 77 000 personnes. Au total, 1,5 million de personnes étaient concernées par cette situation à la fin de l’année 2017. Si l’on y ajoute les personnes en sous-emploi, celles qui travaillent à temps partiel faute de mieux, le nombre des personnes insatisfaites dépasse les 3,5 millions. Signe que la situation du marché du travail est toujours dégradée.

Source: http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/di-mensuel_fdimbpt.pdf

Ce que l'on observe bien dans la note de la DARES est l'augmentation des chomerus en catégories B et C.