Nous souhaitons dire merci aux passants et voyageurs qui nous ont encouragés à poursuivre, à nous rendre confiants dans la victoire de Jean- Luc Mélenchon en 2017 et la possibilité de passer à la 6éme République.

Cependant, des passants nous ont aussi interpellés sur « le candidat qui va nous faire perdre ». 

Mais faire perdre qui ? Quoi ?

Faire perdre le candidat du parti Socialiste ?

Benoît Hamon, la responsabilité de sa possible défaite est à chercher dans son propre camp.  Un camp divisé, écartelé entre sa candidature et l’aide en sous-marin au candidat de François Hollande, E. Macron.  Il suffit de regarder le niveau de transfuges du Parti socialiste pour comprendre que la position de Benoît Hamon n’est pas tenable sans une réelle rupture avec les politiques engagées au sein du Parti socialiste depuis plusieurs dizaines d’années.

Faire perdre le camp de la gauche ?

Quelle "gauche" ? Celle qu'on a estampillée "socialiste" en 2012, et emmenée par F. Hollande ces 5 dernières années ? C'est oublier le reniement de la phrase du Bourget « mon adversaire c'est  la finance », c’est oublier la signature du traité MES avec A.Merkel, c’est oublier les lois Macron 1, Macron 2 (El-Khomri), le CICE sans contrepartie, la chasse aux migrants, l’abstention sur les accords transatlantiques, le débat sur la nationalité etc…

Est-ce donc cela la gauche pour ce passant ? Nous ne le croyons pas, nous sommes surtout convaincus du pouvoir de la bouillabaisse vendue par les médias à la botte du capital.

L’espace médiatique est obnubilé par les affaires Fillon etc.., un véritable psychodrame qui depuis six semaines envahit tout, dévore tout, détruit tout, ne laissant plus de place pour le débat sur les programmes. Lors de l’émission de Pujadas avec Jean-Luc Mélenchon comme invité, les journalistes n’étaient pas intéressés par ce que voulait dire le candidat, il n’y avait que l’envie de le déstabiliser, de le maltraiter, de faire du «buzz ». Rappelez-vous la déception sur leurs visages lorsque l’invité surprise a montré une grande intelligence en ne suivant pas les consignes de jeter JLM dans la fosse aux lions. 

Nous sommes entrés dans la démocratie sondagière. 

Cette démocratie voudrait que les citoyens votent pour celui qui a le plus de chances de gagner, et non plus pour ses idées, son programme, son honnêteté (qui conditionne son aptitude à mettre ce programme en application).

C’est cela, Macron est désigné favori, voire couronné d'avance par la pythie médiatique.  Tous les jours, les médias dominant travaillent à la prédiction auto-réalisatrice de la victoire de Macron (le meilleur candidat du capitalisme, ex-banquier chez Rothschild, de plus en plus apprécié du MEDEF...), en ostracisant les candidats, en les discréditant, en leur refusant toute crédibilité, en publiant des éditoriaux mensongers.

Enfin, viennent s’y ajouter les slogans: "Macron seul à pouvoir battre Le Pen", suivi  de "Macron, seul à pouvoir éviter le duel Fillon-Le Pen", agrémenté ici et là de " …je vote Macron car les vilains Mélenchon et Hamon n'ont pas voulu s'entendre" -  qu'on nous diffuse matin, midi et soir.

Quelles sont les raisons du vote Marine Le Pen ? L’explication par le racisme et la xénophobie est bien pratique et réductrice, même si elle recèle une bonne part de vérité.

Si on devait conclure, pour celles et ceux qui souhaitent un changement, le seul conseil que nous pourrions suggérer est de voter pour son intérêt de classe.

 

Hormis la candidature de Jean-Luc Mélenchon s’appuyant sur le programme l’Avenir en Commun (1) et de ses soutiens, La France en commun (2), qui d’autre est à même de vous représenter et de défendre vos intérêts ?

 

(1) http://fdgbjl.canalblog.com/archives/2017/02/26/34963227.html

(2) http://fdgbjl.canalblog.com/archives/2017/02/26/34963263.html