Le candidat Macron, « En Marche », ancien salarié de la banque Rothschild est un homme politique, haut fonctionnaire et ancien banquier d'affaires français.

Un pur produit de la bourgeoisie française

Résultat de recherche d'images pour

Il n’a pas fait ses études dans les écoles de la République (lycée jésuite) et, comme toute l’oligarchie bourgeoise, a traîné ses guêtres au lycée Henri IV (Paris).

Diplômé de l'ENA en 2004, il devient inspecteur des finances avant de débuter en 2008 une carrière de banquier d'affaires chez Rothschild & Cie. Membre du Parti socialiste entre 2006 et 2009, il est nommé secrétaire général adjoint de la présidence de la République auprès de François Hollande en 2012 puis ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique en 2014 dans le gouvernement Manuel Valls II.

Un CV au service du patronat  

Il est à l’origine de la loi Macron 1 et aussi de la loi travail (Loi Macron 2), faussement camouflée en loi El- Khomri.

Il présente au mois de décembre 2014 au Conseil des ministres, le projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques (1), aussi appelé « loi Macron » (1), qui a pour objectif de « déverrouiller l'économie française » en modifiant notamment la réglementation concernant le travail le dimanche, les professions réglementées, les transports et le permis de conduire, l'ouverture du marché autocar et la vie des entreprises et des salariés.

[NDLA]                                                                     Loi Macron 1  = Ubérisation de la société

Par peur de ne pas trouver de majorité sur ce texte, le gouvernement Valls II décide de ne pas faire voter cette réforme auprès des parlementaires et d'utiliser l'article 49 alinéa 3 de la Constitution, pour la faire adopter. Après son adoption le 10 juillet et une saisine du Conseil constitutionnel par l'opposition, la loi est promulguée le 6 août 2015.

En janvier 2016, il dépose à l’Élysée et à Matignon un projet de loi, dit « Macron 2 » ou « nouvelles opportunités économiques » (NOÉ), qui est annulé par un arbitrage de l'exécutif.  Valls s'oppose tout particulièrement à ce qu'il présente ce nouveau projet de loi, dont le contenu est confié à d'autres ministères. En février 2016, dans le cadre d'une réunion au palais de l'Élysée visant à arbitrer le contenu du projet de loi El Khomri (2), il accepte de s'effacer au profit de la Ministre du Travail, à condition que le projet de loi comprenne deux dispositions qu’il avait prévu d’inclure dans le sien :

-                     la réécriture du licenciement économique

-                     le plafonnement des indemnités prud’homales.

[NDLA]                                                 Loi travail = Loi El Khomri = Loi Macron 2

Malgré les protestations de Myriam El Khomri, il obtient alors gain de cause, et ces mesures sont finalement intégrées peu après dans le texte. (3)

[NDLA] On imagine que cette mise en retrait fut calculée pour protéger le Poulain de Hollande et Valls, et de mettre un fusible à la place car les deux compères se doutaient bien qu’une telle loi laisserait des traces dans l’opinion (Souvenez-vous des coups de matraques et des gaz).

 Résultat de recherche d'images pour

L’homme est déterminé par son environnement, le lieu où il vit, les gens qui l’entourent.

Le candidat de En Marche n’a pas de programme,  hormis cette intervention sur la culture.

« …Là où on a aujourd’hui plutôt failli c’est sur le sujet de l’accès à la culture. [...] Néanmoins quand on regarde le budget il est assez faible. Et pour moi, ce projet pour la culture que je porte, il est au cœur du projet politique que je porte plus largement. Mon projet politique c’est un projet d’émancipation. C’est un projet qui dit : dans notre société je ne veux pas, moi, que les gens qui ont bien réussi puissent réussir mieux, je veux que chacune et chacun puisse avoir les moyens, justement, de réussir, d’accéder, de sortir de sa condition, y compris sur le plan culturel. Et donc mon projet culturel est un projet politique en ce que c’est un projet d’émancipation, de sortie de son assignation à résidence. »  (8).

Kezako ?!?!?

Si ce baragouinage n’est pas très clair, on peut déjà  imaginer les contours de son programme en regardant qui se réclame de lui. Il a décidément souhaité se désolidariser du bilan de Hollande.

[NDLA] Pour l'heure, c'est à Benoît Hamon que le chef de l'État, via le premier ministre Bernard Cazeneuve, a demandé d'assumer son quinquennat, en tant que candidat du PS à l'élection présidentielle.  Dans les semaines à venir on entendra le ralliement officiel de Hollande et de Valls à Macron, probablement discrètement, pour éviter de lui donner le baiser de Judas.

Le Figaro (4, 5), décidément motivé pour savonner la planche Macron et faire contre-feu au « Penelopagate » détaille quelques-uns des soutiens les plus emblématiques déjà engrangés par Macron:

4 anciens ministres de Chirac.  Anne Marie IDRAC après le ralliement de Renaud Dutreil, Jean-Paul Delevoye et Serge Lepeltier. [Après Renaud Dutreil, Jean-Paul Delevoye et Serge Lepeltier, Anne-Marie Idrac est donc la quatrième ancienne ministre de Jacques Chirac à rejoindre le leader d'En marche!. Ex-présidente de la RATP puis de la SNCF, elle préside depuis mai 2015 le conseil de surveillance de la société concessionnaire de l'aéroport de Toulouse-Blagnac. «Pour la centriste à tête dure que je suis, et en tant qu'Européenne libérale et sociale, Emmanuel Macron est le seul candidat cohérent», confirme-t-elle au Figaro. ]

17 députés PS :

 

On peut aussi compter sur les idéologues, politiques et faiseurs d’opinion suivants :

Alain Minc (10), Attali, Kouchner, Bergé (9) et Cohn-Bendit, Lepage et Cavada (11), Gérard Collomb (PS) - mais aussi Jean-David Ciot, l'ancien patron de la peu reluisante fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, Guérini  (6), Marc Simoncini, le fondateur du site de rencontres Meetic, Claude Bébéar, fondateur d’Axa, Henry Hermand, cet homme d’affaires qui a fait fortune dans l’immobilier commercial, Christian Dargnat, ancien patron de BNP Paribas... le grand patronat (à ne pas confondre avec ceux qui mouillent la chemise et qui nourrissent les gros poissons) (12).

Cerise sur le gâteau : Gattaz et Parisot (7)

 

Macron est le candidat de la nomenklatura bourgeoise et argentée. 

Afficher l'image d'origine

 (1)    loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques

(2)    projet de loi El Khomri

(3)    Décryptage de la loi Travail

(4)    http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/01/31/35003-20170131ARTFIG00301-anne-marie-idrac-ex-ministre-de-jacques-chirac-rallie-emmanuel-macron.php

(5)    http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/01/31/35003-20170131ARTFIG00157-en-rupture-avec-hamon-les-reformateurs-du-ps-lorgnent-vers-macron.php

(6)    https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Gu%C3%A9rini

(7)    http://www.humanite.fr/presidentielle-emmanuel-macron-en-marche-du-pied-droit-630594

(8)    (https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/emmanuel-macron-mes-propositions-pour-la-culture

 (9) http://www.lepoint.fr/presidentielle/emmanuel-macron-recoit-le-soutien-de-pierre-berge-31-01-2017-2101331_3121.php

(10) http://www.lejdd.fr/Politique/Le-soutien-d-Alain-Minc-a-Emmanuel-Macron-raille-de-toutes-parts-841918

(11) http://www.lesechos.fr/elections/emmanuel-macron/0211685898487-corinne-lepage-et-jean-marie-cavada-rallient-emmanuel-macron-2056669.php

(12) https://www.mediapart.fr/journal/france/070416/le-patronat-heberge-discretement-emmanuel-macron?onglet=full

Macron panier de Crabe